Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.02.24

Effacement de la dette du Burundi

tiré du journal le Figaro:

Burundi : annulation de 92% de la dette
AFP
30/01/2009
Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) ont accordé au Burundi une remise de dette d'1,4 milliard de dollars (1,09 milliard d'euros), correspondant à "92% de la dette extérieure" du pays, a annoncé aujourd'hui le gouvernement burundais.

"Les 28 et du 29 janvier 2009 sont des dates qui resteront gravées dans la mémoire des Burundais parce que c'est le moment où nous avons obtenu de la BM et du FMI une remise de la dette multilatérale qui correspond environ à 1,4 milliard de dollars, ce qui représente 92% de la dette extérieure du Burundi", a annoncé la ministre burundaise des Finances, Clotilde Nizigama, lors d'une conférence de presse à Bujumbura.

L'allégement de la dette est accordée dans le cadre de l'initiative "PPTE" (Pays Pauvres Très Endettés) du FMI. Pour y être élligible, un pays doit "donner la preuve qu'il a engagé des réformes et mené une politique économique avisée dans le cadre des programmes appuyés par le FMI et la Banque mondiale et avoir formulé un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) basé sur un vaste processus participatif. Lorsqu'un pays a accompli des progrès suffisants vers la satisfaction des critères retenus ou y a satisfait, les Conseils d'administration respectifs du FMI et de l'IDA décident officiellement de son admissibilité à l'allégement et la communauté internationale s'engage à ramener la dette au seuil de viabilité convenu."

L'effacement de la dette est particulièrement pertinente et légitime, il est cependant malheureux qu'elle serve de carotte pour que ces "PPTE" appliquent à la lettre des "réformes" dictées par le FMI. Ces réformes sont-elles vraiment dans l'intérêt de leurs peuples? Aideront-elles aux problèmes de sous-développement et de corruption ou vont-elles davantage ouvrir les frontières afin de donner aux pays riches l'accès sans entraves aux à leurs ressources?

Les commentaires sont fermés.