Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.04.19

Face à la montée des eaux, les Maldives cherchent des terres d'accueil

LE MONDE | 16.04.09

(...)

"Ne soyons pas naïfs et préparons-nous au scénario du pire", avertit Mohammed Aslam, le ministre de l'environnement. Le pire, c'est l'engloutissement à venir de l'archipel sous l'effet de la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique. Cette angoisse taraude les dirigeants maldiviens depuis que certaines études, en particulier les travaux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), ont commencé à tirer la sonnette d'alarme.

"C'est pour nous une question de survie", précise Amjad Abdullah, le directeur général du ministère. Le nouveau président des Maldives, Mohamed Anni Nasheed, élu en octobre 2008, a annoncé, au lendemain de son investiture, la création d'un fonds souverain destiné à acheter des terres dans les Etats voisins. Cette annonce a deux objectifs : sensibiliser la communauté internationale et, surtout, trouver une terre d'accueil pour les réfugiés climatiques que risquent de devenir un jour les Maldiviens. (...)

Voilà plus de deux décennies que l'archipel vit au rythme d'inquiétants phénomènes "exceptionnels". Il y eut d'abord le raz-de-marée de 1987, qui inonda une partie de Malé et causa un choc profond dans la population. Puis le phénomène climatique El Niño, qui provoqua, en 1998, un blanchissement massif des coraux : 90 % de ceux situés à moins de 15 mètres de profondeur périrent. Enfin, le tsunami de décembre 2004 frappa sévèrement l'archipel, détruisant deux îles, imposant l'évacuation de six autres, et le déplacement de près de 4 000 personnes (sur 280 000 habitants).

ANGOISSE EXISTENTIELLE

"Les événements extrêmes tendent à provoquer de plus en plus de dégâts", constate Shiham Adam, directeur du Centre de recherche sur la mer de Malé. La fragilité de l'archipel tient à sa configuration : pour 80 %, sa surface terrestre est située à moins d'un mètre au-dessus du niveau de la mer. Si les prédictions des experts du GIEC se révèlent exactes, une partie des atolls maldiviens n'y résistera pas.

(...)

"Le problème du réchauffement climatique, ce n'est pas tant la montée des eaux que la mort des coraux", estime Thomas Leber, un expert d'un bureau d'études environnementales. Car l'acidification des océans provoquée par les émissions de gaz à effet de serre est fatale à ces organismes, déjà fragilisés par certaines pratiques de pêche, comme les captures massives de mérous, espèce qui joue un rôle capital dans l'équilibre du récif corallien. Shiham Adam, le directeur du Centre de recherche sur la mer, rappelle l'évidence : "S'il n'y a plus de coraux, il n'y a plus d'îles." On comprend mieux l'angoisse existentielle qui saisit progressivement l'archipel.

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/04/16/securite...

Les commentaires sont fermés.