Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.11.24

"Arnaque climatique": un peu de rigueur intellectuelle, tout le monde!

Les médias capotent à cause d'un email "compromettant" datant des années 90 où un climatologue fait référence à un "trick" pour "dissimuler le déclin de température", ce qui constitue pour les négationnistes climatiques une preuve solide que la science climatiques est biaisée.

La plupart des journalistes se contentent de rapporter les commentaires qui fusent à gauche et à droite, sans essayer de comprendre la texte à la source, ce qui a comme résultat de mettre dans la tête de tout le monde que la rigueur scientifique des climatologues est remise en question.

Le site web de climatologie realclimate.org a pourtant bien expliqué le contexte du email. Quand on fait une reconstitution des températures à partir des cernes d'arbres, on obtient une divergence entre les données observées dans la réalité depuis les années 60, qui indiquent un réchauffement, et les données obtenues par dendrochronologie, qui elles indiquent un déclin de températures. Donc pour que son modèle réflète davantage la réalité il a remplacé les données obtenues des cernes d'arbres (indiquant un déclin) par les données observées dans la réalité (qui indiquent un réchauffement) afin que le modèle travaille avec des chiffres plus fiables, qui réflètent davantage la réalité.
Donc on a "dissimulé" un déclin qui n'était pas réel mais était le résultats d'analyses spécifiques que les scientifiques savent n'être pas fiables, et on a remplacé ce déclin par les données observées, qui elles indiquent un réchauffement, ce qui est plus conforme à la réalité que les données des cernes d'arbres parce qu'observé directement.

 

De plus, personne ne pointe du doigt le problème plus grave, qui est que les négationistes n'hésitent plus à avoir recours à des activités criminelles (le piratage de serveurs) pour essayer de récupérer quoi que ce soit qui puissent les aider à faire passer leur propagande. Ils se servent de bouts de phrases isolées pour remettre en question la science et plonger le monde dans plus d'hésitation et d'immobilisme face aux enjeux importants. Pas étonnant que la plupart des autoproclamés "sceptiques" sont des conservateurs chrétiens, ça semble être bel et bien le retour en force de l'obscurantisme religieux.

Commentaires

Les mails en question ne s'arrêtent pas à cette histoire de "trick" !

Allez voir ici :
http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html

Écrit par : Barbatruc | 2009.11.24

Merci pour le url. J'en ai lu une dizaine. Je ne vois rien de compromettant dans ces mails, et des petits segments pris individuellement comme ça, on peut pas rigoureusement en interpréter grand chose. De plus, les commentaires sont manipulateurs et les traductions, pas très au poil...

Écrit par : Geoff | 2009.11.24

Bonjour

Le réchauffement climatique est une triste réalité. La fonte des glaces, le recule et la disparition des glaciers, la disparition d’espèces animales et végétales sont là pour nous le prouver.
Mais...! Il est permis de douter sur les origines du réchauffement climatique. Nos "très" chers scientifiques pratiquent la « malhonnêteté intellectuelle » en manipulant les chiffres pour prouver ou infirmer que ce réchauffement est d'origine humaine.
Je mets au défi quiconque peut, en toute objectivité, démontrer et prouver les origines du réchauffement climatique de la planète.
Les médias, complices de ces manipulations, se servent de cette actualité pour faire peur et vendre du papier. Les associations et les partis politiques « pseudo » Verts qui en font leur fond de commerce dans le seul but de capter des électeurs. Ca c’est la seule certitude que j’ai aujourd’hui. Croyez bien que je souhaite vivement me tromper.
Des prélèvements, par carottage dans les calottes polaires et dans des sédiments ont démontré qu’il y a eu de nombreuses périodes de refroidissement et de réchauffement, de notre planète, depuis des millions d’années.
Voir les liens :
Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement, UJF, Grenoble
http://www.inrp.fr/Acces/biogeo//themes/evolenvi/html/vostok1.htm
Les variations de la teneur en CO2 dans la carotte de Vostok
Les flocons de neige qui tombent renferment un échantillon de l’atmosphère ; quand la neige se transforme en glace sous l'effet de la compression (par superposition des couches), le gaz s'y retrouve emprisonné sous forme de minuscules bulles de gaz.
Les techniques modernes permettent de retirer ce gaz par broyage sous vide et de l'analyser : on peut donc savoir quelle était la composition de l'atmosphère du passé.


- Comparer les variations des teneurs en CO2 fossile et celles des températures.
- Comparer les valeurs de la concentration en CO2 il y a 7000 ans et celle au moment du maximum de la dernière période chaude (il y a 130 000 ans).
Ces deux graphiques sont très parlants.
Alors je pense qu’il faut que nos responsables politiques et scientifiques arrêtent de se masturber l’esprit et cessent de nous manipuler avec de faux chiffres en affirmant que ce sont les origines et les activités humaines qui sont les uniques causes du phénomène.
Ceci dit, ces activités humaines participent certainement à l’accélération du phénomène mais à quel degré ? Bien fort celui ou celle qui peut honnêtement répondre à cette question.
Ces activités humaines sont aussi, très certainement, liées aux causes de nombreux désastres et de nouvelles pathologies que notre belle planète subie au travers de toutes ses formes de vie, humaines, animales et végétales. Même le relief de notre terre subi des transformations du fait de l’homme (Surpopulation, urbanisme, barrages hydrauliques, détournement de cours d’eau, déforestation, industries agro-alimentaires, exploitations pétrolières, exploitations industrielles des sols et sous sols etc…).
Vous trouverez d’autres sites qui démontreront le contraire, c’est évident. Mais je préfère « raison gardé ». Je refuse de paniquer et de me prendre la tête en écoutant les médias qui font du catastrophisme populiste, là aussi pour s’attirer des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs. Je ne dis pas qu’il ne faut pas lire, écouter ou voir ce type d’actualité mais je dis simplement qu’il ne faut pas la prendre au premier degré.
Je pense qu’il est nécessaire de prendre un peu de recul pour apprécier les événements tel qu’on nous les distille par voie de média.

Écrit par : Choux | 2009.12.03

Le réchauffement climatique est une triste réalité. La fonte des glaces, le recule et la disparition des glaciers, la disparition d’espèces animales et végétales sont là pour nous le prouver.

Ok, ça se réchauffe... enfin ça s'est réchauffé jusqu'en 1998... mais après, ce n'est pas vrai car les températures ont stagné avant de baisser à partir de 2003... Bon ! ne polémiquons pas la-dessus puisque qu'il faut comparer des moyennes sur 30 ans.

Depuis un siècle, notre climat a pris 0.5 °C de plus et ça y est, les espèces animales comme l'ours polaire qui a survécu à l'optimum médiéval disparaît !

Pour ce qui est des ours Polaires, puisque que c'est bien eux dont se servent les médias pour faire pleurer dans les chaumières, sachez qu'en 1950 ils étaient approximativement 5000 et qu'actuellement, on en compte 25000, soit 5 fois plus !

Allez ! passons à la suite !

Concernant le CO², on le décrit comme un gaz nocif .Je me demande si certains ne confondent pas avec le CO, monoxyde de carbone qui lui, est effectivement une gaz mortel.

Le CO² est un élément nécessaire à la vie sur terre. Vous seriez botaniste ou même horticulteur, vous sauriez que c'est le gaz que l'on injecte dans les serres pour booster les plantes.

Sans CO² parmi les GES, notre planète connaîtrait une température moyenne de -15°C contre +15°C actuellement.

Sans aucun GES, cette Température moyenne serait de l'ordre de -170 °C.

D'autre part, le CO² n'a strictement rien à voir avec le réchauffement climatique. Notre atmosphère a connu des taux de CO² trente fois supérieurs sans que cela ne corresponde à des périodes de réchauffement.

Seulement, le CO² est le gaz résultant de la combustion des énergies fossiles dont les réserves ne sont pas inépuisables.

Les pays développés savent très bien que le développement industriel de la Chine, puis de l'Inde et plus tard du Brésil puis de l'Afrique, va précipiter l'échéance.

La solution (ou plutôt l'idée) pour ces pays développés est de faire croire au monde que le CO² est le coupable du RC et pourrait, s'il continue à augmenter, causer des dommages irrémédiables à la planète. Eh oui ! qui n'est pas soucieux de l'avenir de notre grosse boule bleue ? Alors c'est un excellent prétexte... qu'importe si la méthode est malhonnête... seul le résultat compte.

Les grands gagnants de cette supercherie seraient d'une part les industries européennes et américaines qui seraient "protégées" contre la concurrence des pays émergents, et d'autre part, les spéculateurs qui s'en donneraient à cœur-joie en faisant joujou sur le marché du carbone !

Il suffit de voir comment Al Gore a avancé ses pions vis-à-vis de ce fameux "marché du carbone" pour comprendre que toute cela n'est que politico-financier et absolument pas par préoccupation écologique !

Écrit par : Barbatruc | 2009.12.22

Votre message va dans le sens de ma critique. Me permettez-vous de le diffuser ?

Amitiés

Écrit par : Choux | 2009.12.22

Les commentaires sont fermés.