Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.11.28

En route vers copenhague!


Crédit: Garnotte, Le Devoir

13:09 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2009.11.27

Éclaircir le smog climatique

Pour quiconque s'intéresse à la question du climat et de la désinformation, le desmog blog vaut vraiment la peine. Il articule très bien le problème:

Democracy is utterly dependent upon an electorate that is accurately informed. In promoting climate change denial (and often denying their responsibility for doing so) industry has done more than endanger the environment. It has undermined democracy. There is a vast difference between putting forth a point of view, honestly held, and intentionally sowing the seeds of confusion. Free speech does not include the right to deceive. Deception is not a point of view. And the right to disagree does not include a right to intentionally subvert the public awareness.

Although all public relations professionals are bound by a duty to not knowingly mislead the public, some have executed comprehensive campaigns of misinformation on behalf of industry clients on issues ranging from tobacco and asbestos to seat belts. Lately, these fringe players have turned their efforts to creating confusion about climate change. This PR campaign could not be accomplished without the compliance of media as well as the assent and participation of leaders in government and business.

The world’s best-qualified scientists agree that climate is changing and that the burning of fossil fuels is mostly to blame. Although there is no debate in peer reviewed science journals, the well-funded and highly organized public relations campaign has left the impression – in mainstream media – of a lively and continuing scientific controversy.

Scientists from within the fossil fuel industries’ own organizations raised red flags about climate change as early as 30 years ago – and they specifically dismissed the credibility of deniers by 1995. Yet the fossil fuel industry has continued to support efforts to subvert the science, attacking real scientists and promoting a cast of “skeptics” in their place. DeSmogBlog looks behind these deniers to test their credentials and to search out their source of funding.

People have a right to know who is paying the deniers. It is difficult to deceive or confuse a well-informed person. DeSmogBlog exists to clear up the PR pollution around fossil fuels and climate change.

***


***
Sur le même sujet, ces deux articles sont très intéressants:
REUTERS: ANALYSIS-Hacked climate e-mails awkward, not game changer
Washington Post: Science historian reacts to hacked climate e-mails

Un site qui fait de l'excellente vulgarisation des données climatiques:
http://www.climatedata.info/

Sur le "scepticisme"/négationisme climatique:
http://greenfyre.wordpress.com/denier-vs-skeptic/
http://climatedebatedaily.com/

10:29 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des squelettes dans le ppplacard

Une fois de plus, Garnotte (Le Devoir) démontre que, bien conçue, une image vaut mille mots.

Les PPP, un cheval de bataille de Charest depuis son arrivée au pouvoir, ont comme principale utilité de bypasser les appels d'offres pour que les politiciens puissent donner directement des contrats à leurs amis qui financent leurs campagnes. Pas pour rien qu'il ne veut rien savoir d'une enquête publique...

Governator vs Eddy

Tandis que le Governator félicite le Québec pour ses objectifs de réductions d'émissions de GES, le Premier Relationiste de l'industrie pétrolière albertaine (chef du gouvernement provincial) chiale que le Québec va foutre le bordel avec son attitude prétentieuse.

Alberta Premier Ed Stelmach wants provinces to band together behind an achievable national climate change plan, and is worried Quebec's aggressive new strategy to cut greenhouse gases will create “a headache” for Canada.
He warned there is no quick fix and urged other provinces to resist casting the oil sands, which employ a carbon-intensive extraction process, as the main villain in the country's bid to reduce greenhouse gas emissions.
“I don't want to get into the position of where we would add so much cost to our industry while others aren't doing anything similar,” Mr. Stelmach said in an exclusive interview with The Globe and Mail.
(...)

Despite the brewing disagreement between provinces, Mr. Stelmach is confident common ground can be found and he's busy convincing his fellow premiers that the oil sands are still a major economic asset to the country.

“I'm not saying this in a boastful manner, but I feel that Alberta is positioned well to help take this country out of the recession. And certainly, investment in the oil sands is one area.”

(...)
He said the province is squandering an opportunity to improve the oil sand's international reputation, which has taken a beating in recent months as being an ecological nightmare, by not setting its own caps on emissions.

Stelmach parle tellement tout le temps des sables bitumineux, c'est à se demander si il y a autre chose dans sa province.

08:59 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2009.11.24

"Arnaque climatique": un peu de rigueur intellectuelle, tout le monde!

Les médias capotent à cause d'un email "compromettant" datant des années 90 où un climatologue fait référence à un "trick" pour "dissimuler le déclin de température", ce qui constitue pour les négationnistes climatiques une preuve solide que la science climatiques est biaisée.

La plupart des journalistes se contentent de rapporter les commentaires qui fusent à gauche et à droite, sans essayer de comprendre la texte à la source, ce qui a comme résultat de mettre dans la tête de tout le monde que la rigueur scientifique des climatologues est remise en question.

Le site web de climatologie realclimate.org a pourtant bien expliqué le contexte du email. Quand on fait une reconstitution des températures à partir des cernes d'arbres, on obtient une divergence entre les données observées dans la réalité depuis les années 60, qui indiquent un réchauffement, et les données obtenues par dendrochronologie, qui elles indiquent un déclin de températures. Donc pour que son modèle réflète davantage la réalité il a remplacé les données obtenues des cernes d'arbres (indiquant un déclin) par les données observées dans la réalité (qui indiquent un réchauffement) afin que le modèle travaille avec des chiffres plus fiables, qui réflètent davantage la réalité.
Donc on a "dissimulé" un déclin qui n'était pas réel mais était le résultats d'analyses spécifiques que les scientifiques savent n'être pas fiables, et on a remplacé ce déclin par les données observées, qui elles indiquent un réchauffement, ce qui est plus conforme à la réalité que les données des cernes d'arbres parce qu'observé directement.

 

De plus, personne ne pointe du doigt le problème plus grave, qui est que les négationistes n'hésitent plus à avoir recours à des activités criminelles (le piratage de serveurs) pour essayer de récupérer quoi que ce soit qui puissent les aider à faire passer leur propagande. Ils se servent de bouts de phrases isolées pour remettre en question la science et plonger le monde dans plus d'hésitation et d'immobilisme face aux enjeux importants. Pas étonnant que la plupart des autoproclamés "sceptiques" sont des conservateurs chrétiens, ça semble être bel et bien le retour en force de l'obscurantisme religieux.

2009.11.23

un gros coup

Les négationnistes viennent de réussir un gros coup, ils ont hacké le réseau d'une organisation de recherche sur le climat et ont "révélé" des emails qui prouveraient que la recherche sur le climat est falsifiée et que les climatologistes comploteraient pour museler les "sceptiques"...

déjà sur les sites conspirationnistes ils parlent juste de ça, évidemment en exagérant et déformant tout:
"The hacked documents and communications reveal how top scientists conspired to falsify data in the face of declining global temperatures in order to prop up the premise that man-made factors are driving climate change. Others illustrate how they embarked on a venomous and coordinated campaign to ostracize climate skeptics and use their influence to keep dissenting reports from appearing in peer-reviewed journals, as well as using cronyism to avoid compliance with Freedom of Information Act requests." (Prison planet)

Je vois pas comment des documents hackés peuvent constituer preuve contre quoi que ce soit, le problème c'est que ça va être récupéré en sale...

L'histoire a fait éclater des articles dans toute la communauté, entre autres skepticalscience.com:

What do the hacked CRU emails tell us?

Earlier this week, the servers at the University of East Anglia were illegally hacked. Emails dating back to 1996 were stolen and leaked onto the web. Phil Jones, the director of the Climate Research Unit, has confirmed the emails are not forgeries although there is over 60Mb worth of material - they can't guarantee all of it is genuine. What does it all mean? Michelle Malkin labels it the global warming scandal of the century (of course the century is only 9 years old but even 'scandal of the decade' would be no mean feat). James Delingpole at the UK Telegraph claims the emails are the final nail in the coffin of 'Anthropogenic Global Warming'? So just what do these emails tell us?

Some of the emails must be embarrassing for the authors. One email responds in poor taste to the death of a well known skeptic. There's scathing discussion of skeptics such as Steve McIntyre and Roger Pielke, including imaginings of violence. However, the crucial question is whether these emails reveal that climate data has been falsified. The most quoted email is from Phil Jones discussing paleo-data used to reconstruct past temperatures (emphasis mine):

"I've just completed Mike's Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) and from 1961 for Keith's to hide the decline."

What do the suggestive "tricks" and "hiding the decline" mean? Is this evidence of a nefarious climate conspiracy? "Mike's Nature trick" refers to the paper Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries (Mann 1998), published in Nature by lead author Michael Mann. The "trick" is the technique of plotting recent instrumental data along with the reconstructed data. This places recent global warming trends in the context of temperature changes over longer time scales.

The "decline" refers to the "divergence problem". This is where tree ring proxies diverge from modern instrumental temperature records after 1960. The divergence problem is discussed as early as 1998, suggesting a change in the sensitivity of tree growth to temperature in recent decades (Briffa 1998). It is also examined more recently in Wilmking 2008 which explores techniques in eliminating the divergence problem. So when you look at Phil Jone's email in the context of the science discussed, it is not the schemings of a climate conspiracy but technical discussions of data handling techniques available in the peer reviewed literature.

In the skeptic blogosphere, there is a disproportionate preoccupation with one small aspect of climate science - proxy record reconstructions of past climate (or even worse, ad hominem attacks on the scientists who perform these proxy reconstructions). This serves to distract from the physical realities currently being observed. Humans are raising CO2 levels. We're observing an enhanced greenhouse effect. The planet is still accumulating heat. What are the consequences of our climate's energy imbalance? Sea levels rise is accelerating. Greenland ice loss is accelerating. Arctic ice loss is accelerating. Globally, glacier ice loss is acceleratingAntarctic ice loss is accelerating.

When you read through the many global warming skeptic arguments, a pattern emerges. Each skeptic argument misleads by focusing on one small piece of the puzzle while ignoring the broader picture. To focus on a few suggestive emails while ignoring the wealth of empirical evidence for manmade global warming is yet another repeat of this tactic.

***
un des commentaires qui m'a fait sourire:
This is pathetic. "Skeptics" have declared that anything goes. It would be of course equally low to hack McIntyre or Watts' personal e-mails, and those of the think tanks and industries hostile to action. Yet I can't help to think it would only be equitable to have all their dirt posted on the internet as well. Just to see who's really more dishonest in the whole "debate."


The CRU hack, realclimate.org

As many of you will be aware, a large number of emails from the Climate Research Unit (CRU) at the University of East Anglia webmail server were hacked recently (Despite some confusion generated by Anthony Watts, this has absolutely nothing to do with the Hadley Centre which is a completely separate institution). As people are also no doubt aware the breaking into of computers and releasing private information is illegal, and regardless of how they were obtained, posting private correspondence without permission is unethical. We therefore aren’t going to post any of the emails here. We were made aware of the existence of this archive last Tuesday morning when the hackers attempted to upload it to RealClimate, and we notified CRU of their possible security breach later that day.

Nonetheless, these emails (a presumably careful selection of (possibly edited?) correspondence dating back to 1996 and as recently as Nov 12) are being widely circulated, and therefore require some comment. Some of them involve people here (and the archive includes the first RealClimate email we ever sent out to colleagues) and include discussions we’ve had with the CRU folk on topics related to the surface temperature record and some paleo-related issues, mainly to ensure that posting were accurate.

Since emails are normally intended to be private, people writing them are, shall we say, somewhat freer in expressing themselves than they would in a public statement. For instance, we are sure it comes as no shock to know that many scientists do not hold Steve McIntyre in high regard. Nor that a large group of them thought that the Soon and Baliunas (2003), Douglass et al (2008) or McClean et al (2009) papers were not very good (to say the least) and should not have been published. These sentiments have been made abundantly clear in the literature (though possibly less bluntly).

More interesting is what is not contained in the emails. There is no evidence of any worldwide conspiracy, no mention of George Soros nefariously funding climate research, no grand plan to ‘get rid of the MWP’, no admission that global warming is a hoax, no evidence of the falsifying of data, and no ‘marching orders’ from our socialist/communist/vegetarian overlords. The truly paranoid will put this down to the hackers also being in on the plot though.

Instead, there is a peek into how scientists actually interact and the conflicts show that the community is a far cry from the monolith that is sometimes imagined. People working constructively to improve joint publications; scientists who are friendly and agree on many of the big picture issues, disagreeing at times about details and engaging in ‘robust’ discussions; Scientists expressing frustration at the misrepresentation of their work in politicized arenas and complaining when media reports get it wrong; Scientists resenting the time they have to take out of their research to deal with over-hyped nonsense. None of this should be shocking.

It’s obvious that the noise-generating components of the blogosphere will generate a lot of noise about this. but it’s important to remember that science doesn’t work because people are polite at all times. Gravity isn’t a useful theory because Newton was a nice person. QED isn’t powerful because Feynman was respectful of other people around him. Science works because different groups go about trying to find the best approximations of the truth, and are generally very competitive about that. That the same scientists can still all agree on the wording of an IPCC chapter for instance is thus even more remarkable.

No doubt, instances of cherry-picked and poorly-worded “gotcha” phrases will be pulled out of context. One example is worth mentioning quickly. Phil Jones in discussing the presentation of temperature reconstructions stated that “I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) and from 1961 for Keith’s to hide the decline.” The paper in question is the Mann, Bradley and Hughes (1998) Nature paper on the original multiproxy temperature reconstruction, and the ‘trick’ is just to plot the instrumental records along with reconstruction so that the context of the recent warming is clear. Scientists often use the term “trick” to refer to a “a good way to deal with a problem”, rather than something that is “secret”, and so there is nothing problematic in this at all. As for the ‘decline’, it is well known that Keith Briffa’s maximum latewood tree ring density proxy diverges from the temperature records after 1960 (this is more commonly known as the “divergence problem”–see e.g. the recent discussion in this paper) and has been discussed in the literature since Briffa et al in Nature in 1998 (Nature, 391, 678-682). Those authors have always recommend not using the post 1960 part of their reconstruction, and so while ‘hiding’ is probably a poor choice of words (since it is ‘hidden’ in plain sight), not using the data in the plot is completely appropriate, as is further research to understand why this happens.

The timing of this particular episode is probably not coincidental. But if cherry-picked out-of-context phrases from stolen personal emails is the only response to the weight of the scientific evidence for the human influence on climate change, then there probably isn’t much to it.

There are of course lessons to be learned. Clearly no-one would have gone to this trouble if the academic object of study was the mating habits of European butterflies. That community’s internal discussions are probably safe from the public eye. But it is important to remember that emails do seem to exist forever, and that there is always a chance that they will be inadvertently released. Most people do not act as if this is true, but they probably should.

It is tempting to point fingers and declare that people should not have been so open with their thoughts, but who amongst us would really be happy to have all of their email made public?

 


 

Autres liens qui font un compte-rendu lucide de la patente:

http://greenfyre.wordpress.com/2009/11/21/cru-hack-time-t...
http://www.grist.org/article/2009-11-20-skeptics-claim-gl...
http://www.sindark.com/2009/11/23/the-climatic-research-u...
http://www.desmogblog.com/climate-contrarians-spinning-ha...
*******
Aussi à lire:

Le commentaire récent d'un coprésident du GIEC sur les négationnistes
Un article de l'excellent site carbonfixated.com qui explique les prétendus "450 peer-review papers skeptical of global warming" sont de la bullshit.
Un autre article amusant sur carbonfixated décrit comment avec la même stratégie on peut discréditer des lois de la physique de base

2009.11.17

scepticisme climatique II

Je viens d'envoyer ce mail à une collègue qui s'interrogeait sur les doutes autour des changements climatiques d'origine anthropique. C'est garoché pour mettre en ligne, mais je donne pas mal de liens et ça fait un bon update de mon premier article sur la question.


Je te cacherai pas que rendu asteure je tend plutôt à considèrer que les prétentions des "sceptiques du climat" (autoproclamés) ne sont pas très crédibles, mais j'insiste sur l'importance évidente de ne pas trop se couler une opinion dans le béton quand on n'a pas énormément d'information (et de sources diversifiées!), et ce sur quoi que ce soit...

La controverse est forte depuis plusieurs années, et il y a toutes sortes de perceptions qui vont des négationnistes aux "convaincus". Je te recommande de regarder un peu de tout avant de te forger une idée sur la question.

Les négationnistes
Bon, tout d'abord tu disais que les opposants à la théorie des changements climatiques d'origine anthropique sont rares...

il y a beaucoup beaucoup de sites dédiés à essayer de convaincre le monde que les changements climatiques est un gros hoax, si tu recherches "climate change skeptics" tu vas en trouver plein. rapidement, je peux te diriger sur ces deux gros groupes, le http://www.climatescienceinternational.org/ et le http://epw.senate.gov/public/index.cfm?FuseAction=Minorit...
Il y a beaucoup de groupes comme ça qui se forment, souvent ils se donnent un nom genre l'association de la science climatique et ils recueillent plein de signatures de scientifiques pour se donner de la crédibilité, mais si tu y regardes de près tu réalises que dans les signataires il y a peu d'experts reliés au climat, on trouve des ingénieurs, des mathématiciens, etc...
Le site web le plus fort là-dessus est celui de Jo Nova: http://joannenova.com.au/ et elle a produit le document négationniste le plus décent que j'aie lu, le skeptical handbook, tu peux le downloader de son site.

il y a au moins 2 gros films que je connais là-dessus, "the great global warming swindle" et "global warming, global governance". si tu les cherches tu les trouveras facilement. un de mes amis m'a forcé à écouté le deuxième, j'ai trouvé ça franchement pénible et parfois c'est tellement idiot que c'en est insultant ("le carbone est essentiel à la vie, ça ne peut pas être un polluant" etc). il y a aussi au moins un reportage sur les "sceptiques" eux mêmes, disponible sur CBC:
http://www.cbc.ca/mrl3/8752/fifth/media/denial_update.wmv

sinon, bien souvent les négationnistes disent vraiment n'importe quoi: http://2012rising.com/article/new-world-order-climate-cha...

j'utilise plutôt le terme négationniste parce que c'est une identification plus juste de leur attitude. ils se sont auto-baptisés "sceptiques", ce qui sonne bien parce que ça évoque la méthode scientifique et la rigueur intellectuelle, ce qui est paradoxalement une attitude qu'on retrouve peu chez les négationnistes. Être sceptique ça veut dire accepter  de pas avoir d'opinion quand t'as pas de raison d'en avoir une. Or, ils affirment avec certitude que les changements climatiques d'origine anthropique, c'est d'la foutaise, et tout ce qu'ils veulent c'est convaincre le monde à leur cause. et souvent ils ajoutent à ça des théories obscures de dictature mondiale ou de banquiers qui vont s'enrichir à partir de légendes montées de toutes pièces. (Si tu veux mon avis là-dessus, même si Al Gore s'enrichit à vendre des compensations de carbone et faire faire du reboisement, c'est toujours mieux que laisser les vendeurs de pétrole s'enrichir.)

http://www.newscientist.com/article/dn11654-climate-myths...

Les  sceptiques observateurs
Les vrais sceptiques sont rares, ce sont eux qui ne prennent pas position. Je peux te suggérer deux articles qui donnent des points de vue très intéressants:

http://sciencepolicy.colorado.edu/about_us/meet_us/roger_...
http://www.sciencemag.org/cgi/content/full/306/5702/1686

ensuite, tu peux pour le fun regarder ce que le club des sceptiques du québec disent là-dessus: http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/climateskeptics....
(par contre, eux ils s'amusent surtout à dire que n'importe quoi qui est pas mainstream est de la foutaise, par exemple leur article sur l'agriculture biologique c'est de la pure merde: http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/organic.html)

le site sourcewatch est formidable, et pas seulement à propos du climat. c'est un gros site d'observation des médias et de l'information, tu peux regarder par exemple leur article sur le ICSC:
http://sourcewatch.org/index.php?title=International_Clim...

il y en a qui essaient d'évaluer à quel point la dissention est importante:
http://reason.com/archives/2005/08/11/were-all-global-war...
http://www.newscientist.com/article/dn11653-climate-myths...
http://www.sciencemag.org/cgi/content/full/306/5702/1686
http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7092614.stm


enfin tu peux checker aussi des sites génériques comme wikipédia:
http://en.wikipedia.org/wiki/Global_warming_controversy
http://en.wikipedia.org/wiki/Scientific_opinion_on_climat...

Les scientifiques
les deux sites suivants sont des incontournables, ce sont des scientifiques qui réfutent tous les arguments des sceptiques:

http://www.grist.org/article/series/skeptics/
http://www.skepticalscience.com/

Comme je t'expliquais, les recherches sur le climat sont dispersées et de façon générale chaque scientifique étudie un champs extrêmement pointu. Cette courte présentation explique bien la chose: http://feedproxy.google.com/~r/TEDTalks_video/~3/THR-cE_T...
il y a aussi http://www.realclimate.org/, qui est plutôt un site pour les scientifiques...

Les "convaincus
"
moins "scientifiques neutres", ils essaient plutôt de convaincre de l'importance de s'attaquer au problème, tout en essayant de lutter contre le problème du négationnisme:
http://www.friendsofscience.org/index.php?id=1
http://www.davidsuzuki.org/Climate_Change/Science/Skeptic...
http://www.greenpeace.org/usa/campaigns/global-warming-an...

Le doute c'est correct, mais ĉa ne doit pas nous paralyser dans l'immobilisme.

Bonne lecture!

22:46 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2009.11.08

Énergie solaire: l'Ontario passe à la vitesse de la lumière

Tiré du Protégez-vous du 04 novembre 2009

Par Stéphan Dussault

L'Ontario appuie la pédale au plancher en matière d'énergie solaire: depuis octobre, les citoyens qui ajoutent des panneaux solaires sur leur toit pourront revendre au gouvernement ontarien chaque kilowattheure (kWh) 80,2 ¢...

C'est huit fois plus que le tarif de base de l'hydroélectricité dans cette province.

Lire la suite...

15:21 Publié dans Énergie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2009.11.06

Canada: il est temps de mettre de l'argent sur la table

Subject: Canada: il est temps de mettre de l'argent sur la table
Date: Fri, 6 Nov 2009 09:39:10 -0500
From: Paul Hilder - Avaaz.org <avaaz@avaaz.org>

Chers amis,

Les ministres des finances du G20 se réunissent ce week-end -- envoyez un message à votre ministre maintenant pour les appeler à remettre le changement climatique à l'agenda de la réunion:

Envoyez un message!

Cliquez ici pour envoyer un message


Nous sommes à moins de cinq semaines du sommet de Copenhague, notre dernière chance pour obtenir un accord crucial contre les changements climatiques. Ce samedi, les ministres des finances des 20 plus grandes économies du monde se réunissent en Ecosse -- et votre ministre des finances en fait partie.

Les pays en développement ne participeront pas à un accord sur le climat si les pays riches, qui sont à l'origine de la crise climatique, n'acceptent pas de payer pour la résoudre. Le prix à payer pour obtenir un accord mondial juste, ambitieux et contraignant, s'élève à 150 milliards de dollars par an pour aider les pays les plus pauvres à financer l'adaptation aux changements climatiques et à réduire leurs émissions. Mais les pays riches ne se sont engagés jusqu'à présent que sur une fraction de ce montant -- et on nous annonce que ce n'est même pas à l'agenda du sommet des ministres des finances du G20!

Il y a urgence -- le sommet de Copenhague risque de se conclure sur un échec et sans plan de financement. Envoyons à nos ministres des finances un flot de messages ininterrompu dans les prochaines 24 heures pour leur demander de remettre le financement climatique à l'agenda, avant qu'il ne soit trop tard: cliquez sur ce lien pour agir:

http://www.avaaz.org/fr/climate_finance_emergency

Les idées ne manquent pour lever les fonds nécessaires de manière audacieuse et efficace – par exemple, l'instauration de taxes sur les carburants des transports aériens et maritimes (jusqu'ici totalement exonérés) ou sur la spéculation financière pourrait permettre de récolter des dizaines de milliards par taxe.

Le mois dernier, nous avons ciblé l'Union Européenne à travers des encarts dans la presse et des pétitions et l'Europe a fait un premier pas en commençant à mettre de l'argent sur la table. Mais elle devra augmenter son offre et les autres pays riches devront emboîter le pas. 150 milliards de dollars par an d'ici à 2020 sont nécessaires pour mettre le cap vers un développement peu consommateur en carbone et investir dans une économie verte. Nous pouvons encore le faire, mais il faudra faire émerger une réelle volonté politique.

Nous avons donc ici un rôle à jouer. Aux côtés de centaines de milliers de citoyens dans chaque pays du G20, appelons nos ministres des finances à agir en décideurs responsables et non pas en ennemis du climat. Demandez-leur d'adopter un plan de financement climatique en cliquant ici:

http://www.avaaz.org/fr/climate_finance_emergency

Avec espoir et détermination,

Paul, Taren, Graziela, Iain, Milena, Pascal, Ricken, Sam, Julius, Ben et toute l'équipe d'Avaaz




Vous voulez soutenir Avaaz? Nous sommes totalement financés par vos dons et nous ne recevons aucun financement de la part de gouvernements ou d'entreprises. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible. Donnez ici.


A PROPOS D'AVAAZ

Avaaz.org est une organisation non gouvernementale indépendante à but non lucratif, qui mène des campagnes mondiales pour faire en sorte que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie "voix" dans de nombreuses langues). Avaaz ne reçoit aucun financement d'aucun gouvernement ou entreprise. L'équipe d'Avaaz est basée à Londres, New-York, Paris, Boston, Genève, Buenos Aires et Rio de Janeiro. +1 888 922 8229

13:41 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2009.11.03

Le gouvernement Canadien, voyou climatique

harpersindex.thumbnail.jpgUne analyse économétrique vient d'être réalisée par la firme MK Jaccard pour Pembina et Suzuki sur les impacts économiques de la lutte aux changements climatiques. Elle compare le scénario du gouvernement Conservateur, soit une réduction des GES à 574 mégatonnes pour 2020, avec le scénario minimal recommandé par le GIEC, soit 444 mégatonnes pour 2020 (arrêtons de gosser avec les "3% sous 1990" ça fait juste mêler le monde déliberément). Les émissions du Canada en 2007 auraient été de 747 mégatonnes, et Environnement Canada ne fournit pas de données plus récentes (sur le site d'environnement canada, cliquer sur "inventaire 2009" emmène vers la page de l'inventaire 2007! c'est louche).

Bref, cette analyse conclue que, en suivant le scénario sérieux (444MT), la croissance projetée du PIB serait de 23% entre 2010 et 2020, comparativement à une croissance de 25% sous les objectifs dérisoires (574MT) du gouvernement Harper.

Or, le "ministre de l'environnement" Jim Prentice dit que le rapport est «irresponsable parce qu'il propose des impacts économiques à la baisse» pour les provinces de l'Ouest. (pauvre Alberta son économie fait pitié!) En outre, le déshonorable Jim Prentice a dit au Devoir que le plan de réduction proposé dans cette étude «aurait des conséquences très dommageables pour l'économie canadienne», une source de «division au Canada». On parle bel et bien ici d'une croissance inférieure de 2% sur 10 ans, comme étant très dommageable aux yeux de Prentice.

Les impacts économiques à la baisse pour l'Alberta: seulement 38% de croissance (scénario sérieux) au lieu de 44% (scénario conservateur). Autant dire la fin du monde pour les rednecks de l'ouest.

J'ai donc écrit cette missive polie à l'étron Prentice:

Greed and selfishness are not family values

The economic report by MK Jaccard showed that addressing climate change will allow strong economic growth. As the whole world demands action on climate change, you're saying you don't want Canada to do its part because Alberta wouldn't be satisfied with just 38% of GDP growth instead of 44%.

This is selfish greed. Do you realize that you are just lucky to have those ressources under your ground, and that you're saying you will get rich with it, no matter how much you harm the whole world? What is the conservative party about? Family and righteousness, or protecting the interests of the tar sands industry?

This is not very honourable, Mr.Prentice. In fact, I think you should be ashamed of yourself.

When you realize in several years how much the world is a mess and that you made the problem worse by not doing your part, you will suffer terrible regret and shame, thinking about your children's future.

Les rumeurs disent que le Parti Conservateur en a appellé à un boycott de la banque TD, un commanditaire de l'étude. "La TD avait voulu fournir au public et à ses clients une série de références scientifiques solides pour que le débat au Canada sorte des hypothèses personnelles ou partisanes, jamais vérifiées par ailleurs avec rigueur. " (Le Devoir)

Pourtant, beaucoup d'entreprises canadiennes, et une bonne partie de la population, réclament une action sérieuse.

En février 2007, le Groupe interprovincial et industriel sur les réductions de GES (composé de très grandes entreprises, représentants financiers, émetteurs d'électricité et ministères provinciaux) réclamait, dans un rapport confidentiel remis au gouvernement, des cibles de réduction le plus vite possible, afin que le pays rattrape son retard et garde sa crédibilité sur la scène internationale. 

En janvier 2008, un rapport commandé par le gouvernement Harper à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie recommandait de faire payer les pollueurs... à l'encontre des desiderata conservateurs. Même le Conseil canadien des chefs d'entreprise avait applaudi. (Le Devoir)

C'est un secret de polichinelle que la puissante industrie pétrolière albertaine tire les ficelles du gouvernement Canadien depuis l'arrivée de Harper au pouvoir. Leurs positions idéologiques complètement aveugles crèvent les yeux, ces parasites font tout pour saboter les négociations internationales pour le climat et pour qu'aucune contrainte ne vienne ralentir le développement de l'industrie des sables bitumineux. En plus, Harper a nommé un créationiste comme Ministre de la Science, rien de moins.

La réaction de Prentice à l'analyse économique de MK Jaccard en dit long sur la géopolitique canadienne. "On ne va pas se contenter d'une croissance de 38% du PIB en Alberta seulement pour épargner le reste de la planète" résume l'attitude du sinistre albertain. Symptôme manifeste de l'égoïsme crasse fondamentalement établi dans cette formation politique. L'analyse démontre qu'une économie moins dommageable pour le climat serait parfaitement réalisable, et permettrait sans problème une continuité de la croissance économique vigoureuse. Comment un ministre de l'environnement peut-il sérieusement s'y opposer? Pour qu'aucune limite ne soit imposée à la croissance de l'industrie des sables bitumineux, raison d'être de sa formation politique.

Parce que les sheiks de l'Alberta contrôlent le pays, le Canada ne fera pas sa part pour la mitigation climatique, pourtant nécessaire si on espère une continuité minimale de notre qualité de vie. Si les Européens se sont mobilisés pour sanctionner le Canada pour une cause insignifiante comme la chasse au phoque, il ne serait pas étonnant de voir la communauté internationnale au grand complet sanctionner le Canada pour sa position immorale sur le climat. Les albertains préfèrent faire subir au monde entier les impacts des changements climatiques et le risque d'exposer le Canada aux sanctions internationales plutôt que de voir leur précieuse richesse augmenter légèrement plus lentement! J'espère que les partis d'opposition feront tout en leur pouvoir, y compris faire tomber le gouvernement, pour que le Canada ne sabote pas Copenhague et emboîte le pas pour les efforts internationaux de mitigation.

 

sources:

L'étude: Protection climatique, prospérité économique. Institut Pembina et Fondation David Suzuki

Réduire de 25% les GES ne freinerait pas l'économie, Le Devoir

Économie et GES - Un plan inacceptable qui divise le Canada, clame Jim Prentice, Le Devoir

Les irresponsables, Le Devoir

L'évolution de la compassion par Robert Wright

Robert Wright utilise la biologie évolutionniste et la théorie des jeux pour démontrer comment l'altruisme est  inhérent à la nature humaine et pourquoi nous l'ignorons souvent.

Selon Robert Wright, la compassion est génétiquement programmée, et est apparue longtemps avant les humains. La compassion, l'amour et la sympathie se son inscrite dans les gènes par le principe de "kin selection" (sélection de parentèle selon wikipedia). Si un animal ressent de la compassion pour un pair, et que cette compassion permet à l'animal d'aider l'autre, la compassion permet aux gènes de souligner la compassion. La compassion devient donc un moyen par lequel le gène s'aide lui-même. (La capacité d'entraîne devient un avantage évolutif).
La bonne nouvelle est donc que la compassion est naturelle, la mauvaise: elle est seulement ressentie naturellement pour la famille de l'individu.
Au-delà, la compassion peut inciter à aider les autres surtout dans la mesure où la faveur peut être retournée. Un altruisme réciproque, en quelque sorte.
L'idée qu'une bonne action mérite une récompense et qu'une mauvaise mérite une punition est fortement encrée intuitivement, puisqu'elle est présente dans toutes les cultures de la terre, même celles qui ne sont pas exposées à aucune religion.
La règle d'or, traite autrui comme tu veux être traité, serait présente intuitivement chez l'humain.
Nous avons la capacité de punir sévèrement les autres en rationnalisant avec l'idée que c'est mérité. On est capable de faire des choses terribles aux autres en les considérant dans une catégorie à part, de personne inférieure ou qui mérite le malheur.

Il y a énormément de situations où les individus ont intérêt à coopérer. Si les gens n'y arrivent pas, c'est parce que l'altruisme, qui nous permet de se mettre à la place des autres, est appliqué sélectivement. Pourtant, s'efforcer de comprendre les autres aide évidemment à dealer avec.

Je tourne les coins ronds, ça vaut vraiment la peine de regarder la présentation, qui est un peu technique mais fascinante.