Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.12.05

Les négationnistes ne reculent devant rien

2 nouvelles viennent de sortir, démontrant à quel point le mouvement négationiste (qui se réclament du scepticisme) est teigneux et organisé.
1. Une enquête du Consortium international du journalisme d'enquête révèle les intenses activités de lobbying exercé par l'industrie pétrolière et autres "sceptiques" du climat sur le gouvernement fédéral (Le Devoir)
2. Un centre canadian de recherche sur le climat a connu lui aussi des tentatives de piratage informatique dans le but de voler des données (National Post)

En voici les points saillants:

Climat - 1570 lobbyistes à l'assaut du fédéral

Louis-Gilles Francoeur , Le Devoir 5 décembre 2009

Les positions du gouvernement Harper dans le dossier des changements climatiques reflètent les énormes pressions exercées sur lui depuis 1996 par rien de moins que 1570 lobbyistes professionnels différents, payés par les industriels et en particulier les pétrolières, qui craignent la mise en place d'un plan obligatoire de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

C'est ce que révèle une étude du Consortium international du journalisme d'enquête (ICIJ), un organisme qui travaille de pair avec des journalistes enquêteurs de partout dans le monde et en collaboration avec le Center for Public Integrity des États-Unis. Au Québec, une partie de l'enquête a été effectuée par un journaliste du quotidien The Gazette, William Marsden, alors que les compilations des rendez-vous des lobbyistes auprès des ministres et des hauts fonctionnaires ont été méthodiquement analysées par M. B. Bell et Aaron Mehta.
(...)
Après avoir poussé pour atténuer les répercussions financières des politiques sur le climat, les lobbyistes se spécialisent désormais dans l'obtention de subventions gouvernementales pour leurs clients, souvent des multinationales milliardaires. Leur dernière priorité: le financement de la recherche pour stocker leurs émissions de GES dans le sous-sol du pays. Au dernier budget, elles ont obtenu un programme de près de 100 millions, et les écologistes ajoutent qu'Ottawa a détourné vers les pétrolières l'argent qu'il consacrait auparavant aux sources d'énergie renouvelables.
Mark Rudolph est un vétéran dans le domaine. Il représente aujourd'hui Suncor Energy Ltd. Il a déclaré aux journalistes enquêteurs qu'en Alberta les pétrolières n'avaient pas besoin de lobbyistes, puisque le gouvernement était clairement de leur côté et qu'il adoptait encore presque entièrement le point de vue des négationnistes à propos des changements climatiques.
(...)
Le négociateur canadien a aussi révélé dans cette enquête qu'il avait rencontré à trois reprises des membres de la direction de Shell, qui, eux, ont rencontré à sept reprises le ministre de l'Environnement, Jim Prentice. Selon le registre des lobbyistes, les représentants d'ExxonMobil ont eu droit à 11 rencontres avec le ministre Prentice et à une avec le premier ministre. De plus, le lobbyiste Tim Kennedy, de Global Public Affairs, qui a travaillé pour le Reform Party de 2000 à 2002 et plus tard pour le Parti conservateur, a rencontré à sept reprises, du 25 mars au 7 octobre dernier, des conseillers du premier ministre au profit de la CAPP.
Les plus haut dirigeants des pétrolières ont aussi des accès directs aux plus hautes sphères fédérales.

Toujours selon le Consortium international du journalisme d'enquête, de juillet 2008 à août 2009, Richard George, le président de Suncor Energy, a enregistré 48 réunions entre son personnel et de hauts fonctionnaires fédéraux. Des membres de la direction de Suncor ont eu sept rencontres avec le ministre Prentice, une avec le premier ministre Harper et huit avec les titulaires successifs du MRN, Gary Lunn et Rita Raitt.

(...)
En plus de son personnel déclaré lobbyiste, Suncor a utilisé 56 lobbyistes de l'extérieur depuis 1997, selon l'enquête journalistique. Les exploitants des sables bitumineux utilisent maintenant 12 membres de leur personnel comme lobbyistes enregistrés, qui ont déclaré 20 % de leurs heures de travail en interventions effectuées auprès des autorités fédérales. Des six lobbyistes issus de l'extérieur que cette société emploie depuis quelque temps, quatre étaient d'anciens hauts fonctionnaires spécialisés dans la conception de politiques fédérales.

L'un d'eux, Ken Boessenkool, du groupe GCI Groupe Canada de Toronto, a été étroitement associé au premier ministre Harper, pour qui il a notamment agi comme conseiller électoral et conseiller politique quand il était le chef de l'opposition. Le registre des lobbyistes indique qu'il a fait le tour des ministres et des hauts fonctionnaires affectés au dossier, y compris le personnel du bureau du premier ministre.


Attempted breaches show larger effort to discredit climate science: researcher

Megan O’Toole, National Post Published: Thursday, December 03, 2009

An alleged series of attempted security breaches at the University of Victoria in the run-up to next week's Copenhagen summit on climate change is evidence of a larger effort to discredit climate science, says a renowned B.C. researcher.

Andrew Weaver, a University of Victoria scientist and key contributor to the Nobel prize-winning work of the Intergovernmental Panel on Climate Change, says there have been a number of attempted breaches in recent months, including two successful break-ins at his campus office in which a dead computer was stolen and papers were rummaged through.

"People don't like it, so they try to discredit it, and the way they try to discredit it is by attacking the individual responsible for it," Mr. Weaver said.

University of Victoria spokeswoman Patty Pitts said there have also been attempts to hack into climate scientists' computers, as well as incidents in which people impersonated network technicians to try to gain access to campus offices and data. However, those incidents took place at the Canadian Centre for Climate Modelling and Analysis, she said -- an Environment Canada facility located at the university. As such, Environment Canada would be the investigating agency.


La nouvelle s'entremêle avec celle sur l'excellent DeSmog blog:

Breaking: Hackers attempt to access Canadian government Centre for Climate Modeling and Analysis

On the heels of the controversial story about emails and data stolen by hackers from the Climate Research Unit at the University of East Anglia, it has now been revealed that individuals posing as network technicians recently attempted to infiltrate another climate data center operated by the Government of Canada.

According to sources at the University of Victoria, two people claiming to be network computer technicians presented themselves at the headquarters of the Canadian Centre for Climate Modeling and Analysis and tried to gain access to the data servers. When challenged by an employee, the two individuals hastily left. The timing of this attempted break-in is very suspicious given that it occurred so closely on the heels of the release of hacked emails and data from a similar facility housed at the Climate Research Unit at the University of East Anglia in the UK.

“This is disturbing news and it shows that there is an organized criminal campaign that is going to great lengths to infiltrate secure facilities and steal private data,” said Jim Hoggan, author of the new book Climate Cover-Up: The Crusade to Deny Global Warming. “We don’t know who is behind these criminal acts, but we hope they will eventually be unmasked by police. In the meantime, what we do know is that the individuals and organizations that quickly launched an online PR campaign to misrepresent the content of the hacked emails from the University of East Anglia are part of a decades-long confusion campaign to delay government action on the issue.”

The goal of this campaign, which began around the time of the first Kyoto Protocol negotiations, was to assemble a group of like-minded "free-market" think tanks and pseudo-science experts that would call into question the scientific research on climate change, create doubt in the minds of the public and politicians, and effectively delay the introduction of clean energy policies in the United States and elsewhere.

 

12:19 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.