Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.12.15

changer d'ère pour changer d'air

Excellente série d'articles pertinents d'Éric Moreault sur la problématique des transports à Québec... Mieux, sur les solutions!

2009.10.26 Un tramway nommé D'Estimauville
2009.12.09 Mobilité durable: le citoyen d'abord
2009.12.14 Une ville à repenser


Il est temps que nous donnions une meilleure chance aux transports viables en développant les transports en commun et en créant un réseau cyclable digne de ce nom, avec quelques rues rservées aux cyclistes. Il est grand temps de réduire la surdépendance à l'automobile qui rend nos villes malades. Changer d'ère pour changer d'air!

Les automobiles engendrent des coûts énormes pour nos sociétés: en ressources pour leur fabrication, en énergie pour leur utilisation, en dégradation de la santé publique par leur pollution, en temps public par leur congestion, en espace urbain pour leur stationnement et en dépenses publiques pour l'entretien des rues. Tous ces coûts ne sont pas assumés (subis) par les seuls utilisateurs des automobiles mais par la société au grand complet. Les automobiles mobilisent les rues de nos villes, ou plutôt les immobilisent, au seul bénéfice de leurs conducteurs et au détriment (ralentissement, intoxication) de tous les autres usagers du système de transports: piétons, cyclistes, utilisateurs collectifs. Pourtant, ceux là font une utilisation plus efficace de nos voies et réduisent le nombre d'automobiles en circulation, au bénéfice de tous. Et dire qu'il y en a encore pour se plaindre que leurs taxes contribuent à financer le transport en commun!

Par la réduction de la présence de la voiture, la qualité de vie de nos villes sera décuplée. Moins de bruit, moins de stress, moins de danger, on pourra se déplacer rapidement sans attendre dans le traffic. Le transport cycliste pourra prendre en ampleur avec des pistes cyclables efficaces logistiquement, pour un gain supplémentaire en santé publique.

Le gouvernement du Québec a récemment annoncé des cibles de réductions de GES que certains qualifient d'ambitieuses. Tant mieux! Mais étant donné la proéminence de notre hydroélectricité peu émettrice, ce n'est que par une révolution des systèmes de transports que nous pourrons atteindre cet objectif. Trainer une tonne de métal avec un moteur 10 cylindres pour déplacer une personne de 60kg, c'est aberrant!

Un réseau de transport un commun efficace complémenté par un vaste réseau cyclable utilitaire! Voilà un exemple de vraie richesse collective que nous pourrions créer si on s'en donnait les moyens. Engagez les logisticiens et les urbanistes, qu'il se mettent au travail pour réaliser ce progrès important dans l'aménagement de nos collectivités et la gestion de nos déplacements. Nous devons investir dans une nouvelle économie efficiente et durable.

Évoluons au-delà de cette culture du plein-la-vue et d'effort moins-que-minimum, où il faut que nous ayons chacun notre gros char pour ne pas marcher et "bien paraître". Mettons fin au gaspillage de ressources et au fatalisme qui nous fait dire que « les choses sont ainsi parce que c'est comme ça que ça marche, et ça serait trop compliqué de changer ». Utilisons notre potentiel pour faire mieux.

 

Et, parlant de solutions de transport viable, saviez-vous qu'il y a un atelier de réparation de vélo communautaire à Québec? Visitez le site web de Vélocentrix pour en savoir plus!

 

image_preview

 

 

Les commentaires sont fermés.