Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2010.06.23

ACV d'emballages alimentaires

Tiré des BioClips+ du MAPAQ, 28 octobre 2008

Nous consommons chaque année des millions de tonnes de produits appertisés, qu’il s’agisse de légumes, de sauces, de fruits ou de produits marins, qui sont pour la majorité conditionnés en contenants de verre ou de métal (aluminium ou acier). De plus en plus toutefois, les sacs de plastique épais (« Stand Up Pouch » [SUP]) et les emballages Tetra Pak (brique alimentaire) concurrencent les matériaux traditionnels. Une analyse du cycle de vie portant sur le SUP et le Tetra Pak révèle que ces emballages affichent des bilans environnementaux globaux très proches l’un de l’autre et que leur empreinte écologique est plus faible notamment au regard des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, seul l’emballage Tetra Pak est constitué majoritairement d’un matériau issu d’une ressource renouvelable.
Selon les bilans qui ont été dressés, l’utilisation de contenants en verre entraînerait l’émission de près de trois fois plus de CO2 que l’emploi du Tetra Pak ou du SUP. Celle de la boîte de conserve produirait plus d’une fois et demie celui des deux emballages précédents. Cela s’explique par le fait que la fabrication même des matériaux, qui engendre des rejets de gaz à effet de serre importants, se révèle aussi très gourmande en énergie non renouvelable. Enfin, le cycle de vie d’une boîte de conserve en acier entraînerait une acidification de l’air qui est près d’une fois et demie plus élevée que celui de la brique alimentaire.


2010.06.19

The Permaculture Way

Un livre qui vaut vraiment la peine d'être lu: The Permaculture Way de Graham Bell.

Au Canada on peut l'acheter pour 25$ de Chelsea Green publishing, en Europe pour 15£ sur Permanent publications.

L'intro dans le livre:

Ce livre est à propos de prendre le contrôle de sa vie. C'est aussi à propos de créer de la richesse sans dommage environnemental, en utilisant une approche systématique appelée Permaculture.

La permaculture est une façon d'organiser sa vie pour qu'elle soit heureuse et abondante. On peut combler ses propres besoin sans rendre la vie de quelqu'un d'autre moins plaisante. Les habitats humains peuvent être rendus hautement productifs avec beaucoup moins de travail que ce qui est pris pour les rendre destrictifs dans les systèmes actuels. En prenant des décisions conscientes et en designant nos vies, on peut bien gérer nos ressources, et réduire la gaspillage.

2010.06.16

Gestion du traffic à Stockholm

Le fonctionnement du système est expliqué sur le site d'IBM

2010.06.13

L'impact des changements climatiques sur l'hydrologie centrasiatique aurait été légèrement surestimé








Les découvertes rassurantes et crédibles par rapport aux changements
climatiques sont plutôt rares, mais en voici une, publiée dans href="http://www.nature.com/news/2010/100610/full/news.2010.292.html">Nature.

Un groupe de chercheurs, dont des hydrologistes, ont évalué
l'importance des glaciers sur le niveau des rivières en Asie centrale,
et ont conclu que la fonte des glaciers devrait avoir moins d'impact
sur l'approvisionnement en eau que ce qui avait été calculé par le
GIEC. L'Indus est la rivière dont l'eau en provenance des fontes est la
source la plus importante: l'eau de fonte compte pour 1 fois ½ le
volume provenant des pluies. De ce 60% d'eau provenant de la fonte, 40%
seulement provient des glaciers, si mon interprétation est bonne, de
sorte que le ¼ du volume d'eau de la rivière est dépendant du glacier.
C'est considérable, mais moins qu'il était d'abord cru. Par contre, les
changements climatiques risquent d'apporter aussi des changements dans
les patterns de précipitations: selon les estimations actuelles, les
précipitations pourraient diminuer assez pour réduire la capacité de
support de l'agriculture de la région de 60 millions de personnes.

[ href="http://www.nature.com/news/2010/100610/full/news.2010.292.html">lire
l'article]




2010.06.12

Le contrôle de l'information des Conservateurs (4)

Lettre pertinente à lire dans le Devoir:L'information sous Stephen Harper - De la transparence à la propagande

Je la copie pas ici parce qu'elle est pas mal longue, mais elle est pertinente à lire au complet.

Intéressant commentaire d'un lecteur:

Avant de prendre ma retraite du gouvernement fédéral, j'étais là quand les Conservateurs ont pris le pouvoir et les changements aux relations avec les médias ont été assez soudains et du jour au lendemain nous, les fonctionnaires qui avions été formés pour parler aux médias et répondre aux entrevues, ont été sommés de ne plus rien dire et de référer le tout à « Ottawa ».

Sylvain Bouchard et le scandale du tramway

 

show-poubelle.gifNous avons eu droit à toute performance vendredi matin sur les ondes du 93,3: Sylvain Bouchard s'est fait l'ardent défenseur du pauvre banlieusard victime de la clique d'environnementeurs qui tire les ficelles des autorités publiques. L'animateur estime que le projet de tramway proposé par le groupe de travail sur la mobilité est inutile et injuste. Il s'est habilement appliqué à convaincre son auditoire de se scandaliser de ce qu'il considère une dilapidation de fonds publics pour ultimement enlever la mairie à Régis Labeaume aux prochaines élections. Durant la tribune téléphonique, M.Bouchard prenait l'absence de défenseurs du tramway sur ses lignes comme une preuve que personne n'en voulait. Pourtant, le sondage même sur le site web du 93FM indiquait une majorité de gens en faveur. Je soupçonne que l'attitude méprisante de l'animateur envers les défenseurs du tramway ne favorise pas leur participation à son débat.

Après avoir réussi de peine et de misère obtenir l'onde, et après avoir fait une brève entrée en matière, j'ai été coupé avant de venir au vif du sujet par M.Bouchard qui tenait à nous resservir son sempiternel délire sur « la religion environnementeuse ». J'aimerais donc utiliser cette tribune pour faire valoir mon opinion sur le sujet et répondre à sa rhétorique.

Celle-ci repose principalement sur ce que un tramway serait inutile, puisque les habitants de Québec préfèrent l'auto, et que les problèmes de congestion se règleront tout seul avec le temps puisqu'il y aura une décroissance démographique. Je ne suis pas démographe, mais je soupçonne notre animateur de confondre ralentissement de la croissance avec décroissance. Les boomers vieillissent, mais les régions continuent de se vider au profit des villes, et l'immigration demeure toujours importante. Si l'Institut de la Statistique du Québec estime que le nombre de ménage de la région métropolitaine de recensement Québec pourrait augmenter de 75 600 d'ici les 20 prochaines années, ces chiffres me semblent davantage plausibles que les dires de l'animateur.

M.Bouchard a martelé sans cesse que le tramway est injuste car il fait payer les automobilistes de la banlieue pour payer le transport de « la clique des environnementeurs du centre-ville », qui vivraient dans des coops d'habitation subventionnées avec son argent, iraient voir du théâtre subventionné avec son argent, etc. Il semble considérer qu'il est le seul payeur de taxes et que le centre-ville est peuplé soit d'élite richissime qui se paie des condos à 350 000 $ ou de profiteurs de la gogauche. Pourtant, la réalité est qu'on trouve de nombreux logements relativement abordables au centre-ville, et que les coops d'habitation sont rares. Les locataires paient autant les taxes municipales, car les propriétaires couvrent ce coût avec leurs loyers. De plus, comme l'a mentionné plusieurs fois M.Labeaume, le tramway est prévu pour desservir les banlieues et non assurer un transport interne au centre-ville.

Par ailleurs, le développement du transport en commun permettant d'enlever des voitures de la circulation, il permet une meilleur fluidité routière et une meilleure accessibilité du stationnement, ce qui profite à ceux qui continuent d'utiliser leur véhicule individuellement. Pour ces raisons, il me semble injuste de dire que les automobilistes de la banlieue seraient ceux qui paient, et qu'ils n'en profiteraient pas. Une réalité qui est toujours négligée, c'est que les automobiles génèrent des externalités, des coûts non monétaires pour les autres. La congestion causée principalement par les automobiles bloque aussi les utilisateurs du transport en commun et, dans une moindre mesure, les piétons et les cyclistes. Chaque véhicule est un danger potentiel pour les autres, et les utilisateurs du transport actif en particulier subissent un risque plus élevé alors qu'ils y contribuent que très peu. Les automobiles ont un impact plus grand sur l'espace routier (congestion et stationnements), la sécurité et la qualité de l'air : ils consomment davantage de ce bien public qu'est l'infrastructure de transport, ils m'apparait donc normal que tout le monde participe au financement du transport en commun, qui est une partie essentielle de cette infrastructure profitant à tous.

 

Quant à la pollution de l'air, M. Bouchard a insinué qu'il la considère insignifiante à Québec. Je l'invite, ainsi que tous les autres automobilistes qui sont également de cet avis, à tenter l'expérience se déplacer à vélo aux côtés des files d'automobile, en plein trafic d'heure de pointe. Ils constateront que la qualité de l'air est un réel problème quand on n'est pas assis dans une auto et qu'on déploie un effort physique pour se déplacer. Si vous voulez des chiffres, en voici : l'Institut national de santé publique estime, dans son rapport de 2008 intitulé « Estimation des impacts sanitaires de la pollution atmosphérique au Québec » que la pollution est responsable de 1974 décès prématurés, 414 visites à l’urgence pour des problèmes respiratoires et 246 705 journées de symptômes d’asthme, annuellement. Une estimation conservatrice. Mais je suppose que l'INSPQ est aussi aux commandes de la religion environnementeuse?

andré-philippe coté - contre le tramway.jpg

L'indignation affichée par M.Bouchard n'est pas raisonnable. 1,5 milliards, amortis sur 20 ans comme l'a dit M.Labeaume, ça fait 75 millions par année. Comme l'a justement souligné un auditeur, quand il s'agit de mettre 400 millions sur un Colisée pour procurer du divertissement aux masses, c'est un judicieux investissement, mais quand il s'agit d'investir pour développer une offre de transport durable pourtant indispensable à la ville, rien ne va plus!

Nous avons également eu droit à une éloge fort impressionnante de l'automobile. Notre entertainer matinal ne mâchait pas ses mots pour exprimer son amour du char et de la libarté qu'il procure, tandis que selon ses dires, le transport en commun est un calvaire terrible, et le vélo est insignifiant puisqu'il ne sert que deux mois par année. J'aurais aimé qu'on me laisse la chance de lui dire que, pour les 3 mois par année où je ne prend pas le vélo, je ne voudrais pour rien au monde prendre l'automobile pour aller faire la file dans le trafic. Tant qu'à attendre dans la circulation, autant le faire sans stress, avec un livre à la main, et ne pas avoir à trouver un stationnement et déneiger une auto. Le transport en commun a plein d'avantages, mêmes individuels, qui sont tenus sous silence à l'émission Bouchard en parle car son but est manifestement de transmettre à son auditoire ses préjugés sur la supériorité de l'automobile. Cela aurait-il quelque chose à voir avec la forte présence de concessionnaires automobiles parmi les annonceurs de la station?

Ce qui est crucial pour le développement durable, c'est de modifier les comportements de masse, ce que l'animateur n'encourage pas du tout avec sa démagogie individualiste. Aucune nuance dans son discours, tout est démesure. Est-ce ainsi qu'on informe les gens? Qu'on nourrit l'esprit critique? Qu'on stimule le débat public? Je n'écoute que rarement la radio poubelle, je l'ai syntonisée ce matin là uniquement parce que je me doutais que le maire y ferait une apparition. Mais si c'est ce genre de discours primaire qui remplit les oreilles de milliers de citadins chaque matin, le groupe de travail sur la mobilité durable aura tout un travail à faire pour nous affranchir des préjugés. Québec a, d'ailleurs, du retard à rattraper par rapport à la 4e ville en importance au Québec. Selon les dernières données disponibles, à Gatineau, 300 000 habitants, 15% de la population utilise le transport en commun pour se rendre au travail, comparativement à 12% à Québec, qui compte 750 000 habitants (voir la figure ci-dessous).

J'invite tout le monde à consulter la proposition de plan de mobilité durable. On y fait un constat assez lucide de la situation, et des suggestions intéressantes.

 

partmodale.jpg

2010.06.10

l'évolution de l'homme

the evolution of man.jpg

09:08 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2010.06.09

Jamie Oliver: Teach children about food

2010.06.06

In Transition

Documentaire pas trop long qui vaut la peine:

In Transition 1.0 from Transition Towns on Vimeo.

Quelques liens sur la transition:

2010.06.05

Calendrier maya