Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.12.10

Un tampon à GES naturel

climate.2009.119-i1.jpgUn article dans Nature révèle qu'une masse de phytoplancton assez imposante s'est développé dans les surfaces libérées autour de l'Antarctique depuis 50 ans. Les chercheurs estiment que l'efflorescence capte 3,5 millions de tonnes de carbone par année, dont 700 000 t finissent entreposés dans le fond marin. Ce puit de carbone, permis grâce au retrait de la couverture glaciaire de l'arctique, fait donc office de tampon (buffer) à effet de serre, on peut également parler de feedback négatif. Bien qu'elle capte autant de carbone que 6 à 17 000 hectares de forêt tropicale humide, c'est tout de même insignifiant sur les quelques 8 milliards de tonnes / année rejetées annuellement par l'homme...

 

Source:

Nature Reports Climate Change
Published online: 19 November 2009 | doi:10.1038/climate.2009.119

New shores for sinks

Olive Heffernan