Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2010.06.12

Sylvain Bouchard et le scandale du tramway

 

show-poubelle.gifNous avons eu droit à toute performance vendredi matin sur les ondes du 93,3: Sylvain Bouchard s'est fait l'ardent défenseur du pauvre banlieusard victime de la clique d'environnementeurs qui tire les ficelles des autorités publiques. L'animateur estime que le projet de tramway proposé par le groupe de travail sur la mobilité est inutile et injuste. Il s'est habilement appliqué à convaincre son auditoire de se scandaliser de ce qu'il considère une dilapidation de fonds publics pour ultimement enlever la mairie à Régis Labeaume aux prochaines élections. Durant la tribune téléphonique, M.Bouchard prenait l'absence de défenseurs du tramway sur ses lignes comme une preuve que personne n'en voulait. Pourtant, le sondage même sur le site web du 93FM indiquait une majorité de gens en faveur. Je soupçonne que l'attitude méprisante de l'animateur envers les défenseurs du tramway ne favorise pas leur participation à son débat.

Après avoir réussi de peine et de misère obtenir l'onde, et après avoir fait une brève entrée en matière, j'ai été coupé avant de venir au vif du sujet par M.Bouchard qui tenait à nous resservir son sempiternel délire sur « la religion environnementeuse ». J'aimerais donc utiliser cette tribune pour faire valoir mon opinion sur le sujet et répondre à sa rhétorique.

Celle-ci repose principalement sur ce que un tramway serait inutile, puisque les habitants de Québec préfèrent l'auto, et que les problèmes de congestion se règleront tout seul avec le temps puisqu'il y aura une décroissance démographique. Je ne suis pas démographe, mais je soupçonne notre animateur de confondre ralentissement de la croissance avec décroissance. Les boomers vieillissent, mais les régions continuent de se vider au profit des villes, et l'immigration demeure toujours importante. Si l'Institut de la Statistique du Québec estime que le nombre de ménage de la région métropolitaine de recensement Québec pourrait augmenter de 75 600 d'ici les 20 prochaines années, ces chiffres me semblent davantage plausibles que les dires de l'animateur.

M.Bouchard a martelé sans cesse que le tramway est injuste car il fait payer les automobilistes de la banlieue pour payer le transport de « la clique des environnementeurs du centre-ville », qui vivraient dans des coops d'habitation subventionnées avec son argent, iraient voir du théâtre subventionné avec son argent, etc. Il semble considérer qu'il est le seul payeur de taxes et que le centre-ville est peuplé soit d'élite richissime qui se paie des condos à 350 000 $ ou de profiteurs de la gogauche. Pourtant, la réalité est qu'on trouve de nombreux logements relativement abordables au centre-ville, et que les coops d'habitation sont rares. Les locataires paient autant les taxes municipales, car les propriétaires couvrent ce coût avec leurs loyers. De plus, comme l'a mentionné plusieurs fois M.Labeaume, le tramway est prévu pour desservir les banlieues et non assurer un transport interne au centre-ville.

Par ailleurs, le développement du transport en commun permettant d'enlever des voitures de la circulation, il permet une meilleur fluidité routière et une meilleure accessibilité du stationnement, ce qui profite à ceux qui continuent d'utiliser leur véhicule individuellement. Pour ces raisons, il me semble injuste de dire que les automobilistes de la banlieue seraient ceux qui paient, et qu'ils n'en profiteraient pas. Une réalité qui est toujours négligée, c'est que les automobiles génèrent des externalités, des coûts non monétaires pour les autres. La congestion causée principalement par les automobiles bloque aussi les utilisateurs du transport en commun et, dans une moindre mesure, les piétons et les cyclistes. Chaque véhicule est un danger potentiel pour les autres, et les utilisateurs du transport actif en particulier subissent un risque plus élevé alors qu'ils y contribuent que très peu. Les automobiles ont un impact plus grand sur l'espace routier (congestion et stationnements), la sécurité et la qualité de l'air : ils consomment davantage de ce bien public qu'est l'infrastructure de transport, ils m'apparait donc normal que tout le monde participe au financement du transport en commun, qui est une partie essentielle de cette infrastructure profitant à tous.

 

Quant à la pollution de l'air, M. Bouchard a insinué qu'il la considère insignifiante à Québec. Je l'invite, ainsi que tous les autres automobilistes qui sont également de cet avis, à tenter l'expérience se déplacer à vélo aux côtés des files d'automobile, en plein trafic d'heure de pointe. Ils constateront que la qualité de l'air est un réel problème quand on n'est pas assis dans une auto et qu'on déploie un effort physique pour se déplacer. Si vous voulez des chiffres, en voici : l'Institut national de santé publique estime, dans son rapport de 2008 intitulé « Estimation des impacts sanitaires de la pollution atmosphérique au Québec » que la pollution est responsable de 1974 décès prématurés, 414 visites à l’urgence pour des problèmes respiratoires et 246 705 journées de symptômes d’asthme, annuellement. Une estimation conservatrice. Mais je suppose que l'INSPQ est aussi aux commandes de la religion environnementeuse?

andré-philippe coté - contre le tramway.jpg

L'indignation affichée par M.Bouchard n'est pas raisonnable. 1,5 milliards, amortis sur 20 ans comme l'a dit M.Labeaume, ça fait 75 millions par année. Comme l'a justement souligné un auditeur, quand il s'agit de mettre 400 millions sur un Colisée pour procurer du divertissement aux masses, c'est un judicieux investissement, mais quand il s'agit d'investir pour développer une offre de transport durable pourtant indispensable à la ville, rien ne va plus!

Nous avons également eu droit à une éloge fort impressionnante de l'automobile. Notre entertainer matinal ne mâchait pas ses mots pour exprimer son amour du char et de la libarté qu'il procure, tandis que selon ses dires, le transport en commun est un calvaire terrible, et le vélo est insignifiant puisqu'il ne sert que deux mois par année. J'aurais aimé qu'on me laisse la chance de lui dire que, pour les 3 mois par année où je ne prend pas le vélo, je ne voudrais pour rien au monde prendre l'automobile pour aller faire la file dans le trafic. Tant qu'à attendre dans la circulation, autant le faire sans stress, avec un livre à la main, et ne pas avoir à trouver un stationnement et déneiger une auto. Le transport en commun a plein d'avantages, mêmes individuels, qui sont tenus sous silence à l'émission Bouchard en parle car son but est manifestement de transmettre à son auditoire ses préjugés sur la supériorité de l'automobile. Cela aurait-il quelque chose à voir avec la forte présence de concessionnaires automobiles parmi les annonceurs de la station?

Ce qui est crucial pour le développement durable, c'est de modifier les comportements de masse, ce que l'animateur n'encourage pas du tout avec sa démagogie individualiste. Aucune nuance dans son discours, tout est démesure. Est-ce ainsi qu'on informe les gens? Qu'on nourrit l'esprit critique? Qu'on stimule le débat public? Je n'écoute que rarement la radio poubelle, je l'ai syntonisée ce matin là uniquement parce que je me doutais que le maire y ferait une apparition. Mais si c'est ce genre de discours primaire qui remplit les oreilles de milliers de citadins chaque matin, le groupe de travail sur la mobilité durable aura tout un travail à faire pour nous affranchir des préjugés. Québec a, d'ailleurs, du retard à rattraper par rapport à la 4e ville en importance au Québec. Selon les dernières données disponibles, à Gatineau, 300 000 habitants, 15% de la population utilise le transport en commun pour se rendre au travail, comparativement à 12% à Québec, qui compte 750 000 habitants (voir la figure ci-dessous).

J'invite tout le monde à consulter la proposition de plan de mobilité durable. On y fait un constat assez lucide de la situation, et des suggestions intéressantes.

 

partmodale.jpg

2010.02.15

Manifeste pour un Québec morbide

Je viens de tomber sur l'hilarant Manifeste pour un Québec morbide, spoof démagogique assez futé du manifeste pour un québec "lucide"... Ça vaut la lecture! (Surtout pour ceux qui sont tannés du discours affairiste qui nous casse les oreilles avec leurs plaintes que les impôts, la faiblesse du niveau de consommation et la faiblesse de la procréation sont les pires problèmes du Québec.) Voici quelques extraits qui m'ont bien fait rire:

Depuis 25 ans, le Québec a connu une régression sans précédent:

  • En 2005 la préoccupation principale du Québécois moyen est l’argent ; son but dans la vie est de travailler, de payer son char et de reproduire en tout un modèle social voué à la faillite et la destruction de la planète ;
  • Le jeune Québécois entre aujourd’hui au collégial dans le plus grand désarroi politique, étant incapable de faire la différence élémentaire entre la gauche et la droite ; ce qui le laisse à la merci de sa culture première, celle de la banlieue épaisse et de droite ;
  • Une clique de politiciens finis, économistes et journaleux est encore capable de faire passer pour un manifeste un torchon néo-libéral, et de se faire applaudir par le gouvernement en place, lequel est trop couillon pour se revendiquer comme tel, ce qui lui aurait probablement coûté sa place anyway.
Mais il reste du chemin à faire pour vivre et penser comme des porcs, comme dans le reste de ce continent à l’aune duquel on nous somme aujourd’hui de nous mesurer.

Au plan du niveau de vie, notamment, le Québec a toujours moins de téléphones cellulaires et de VUS que les Amaricains.

Aussi tôt qu’en 2012, il y a aura de plus en plus de boomers à la retraite, on vous laisse imaginer le cauchemar. Cela voudra dire un peuple plus gros, plus épais, et qui consomme plus. Pendant que le Québec subira ce freinage moral, les VUS d’Amérique augmenteront à un rythme rapide, de sorte que dans 40 ans, on ne saura plus qui des chars ou des anciens premiers ministres nous pomperont plus d’air

À l'heure actuelle, le discours social québécois est dominé par des groupes de pression de toutes sortes, dont le patronat, qui a monopolisé le label "lucide" pour mieux imposer la continuité de sa domination.

Il aussi développer une saine méfiance envers le secteur privé. La naissance d'une telle attitude est vitale. Pendant des années, on a déploré le fait que l'économie du Québec soit contrôlée par des gens d'affaires de langue anglaise; on a appelé « révolution tranquille » le processus qui a mené à se faire fourrer dans sa langue maternelle.


Somme toute, sans être d'accord avec tout, je trouve que c'est un discours un peu chaotique et malhabile, mais relativement insightful et qui a au moins le mérite de faire rire...

2010.02.11

Clotaire Rapaille et sa passion pour le Québec

Faut voir le Bullshitomètre Infoman qui scan la prétention de Clotaire Rapaille, le nouveau marketer vedette engagé par LaBeaume pour faire le rebranding de Québec.

Le gars dit qu'il a une passion de longue date pour le Québec, qui remonte à la Guerre quand il était tout petit et sa mère lui chantait des chansons de Félix Leclerc. Or, les chansons de Félix Leclerc n'étaient même pas connues au Québec à cette époque.

rapaille.jpeg
Crédit: Serge Chapeleau, La Presse

2010.01.22

La conspiration du tremblement de terre d'Haïti

Je viens de voir sur un video de média américain que Chavez aurait dit que le tremblement de terre d'Haïti aurait été déclenché volontairement par les États-Unis. Ce serait un test de la nouvelle "arme tectonique" que les Yankees s'apprêteraient à utiliser sur l'Iran.

C'est la première fois que j'entend parler de la chose! J'ai fait une brève recherche là-dessus, et rapidement trouvé quelques articles prétendant que la technologie HAARP peut être (et est!) utilisée pour provoquer des séismes ciblés. Elle aurait été utilisée notamment pour endommager une centrale nucléaire en Chine, voir Human Engineered Earthquakes sur rense.com.

Michel Chossudovsky, qui semble verser dans le conspirationnisme, semble y croire, et a écrit un article sur globalresearch.ca: A Haiti Disaster Relief Scenario Was Envisaged by the US Military One Day Before the Earthquake. Tk je commencerai pas à recenser tous les sites qui mettent de l'avant cette théorie, il y a déjà 600 000 articles contenant earthquake haarp.


Mais c'est vrai qu'on entend peu parler des séismes dans cette région. Origine naturelle improbable? Je suis tombé sur cet article intéressant: Not everyone was surprised by Haiti earthquake; Geologists had been sounding alarm for years.

For years, scientists have warned that it was only a matter of time before another major earthquake hit Haiti or the Dominican Republic.
In 2006, a group of scientists, even predicted it's strength: magnitude 7.2.
"I don't think anyone cares anything about an earthquake in Haiti because they have too many other things to worry about," said Roger Bilham, professor of geological sciences at the University of Colorado. "(The people) don't worry about earthquakes, but the government should care."
The frustrated geologists point to the difference building codes and emergency preparedness measures can make.
The magnitude 7.1 Loma Prieta earthquake in California, known as the 1989 World Series earthquake, killed 63 people. The magnitude 6.9 Kobe earthquake in Japan in 1995 claimed 5,000 lives.

Effectivement, une recherche publiée en 2004 dans le "Journal of Geophysical Research"  par les géologues Jian Lin et Uri ten Brink avertissait du risque de séisme dans les caraïbes, tel que rapporté dans le Woods Hole Oceanographic Institution, en mars 2005:

Tsunamis in the Caribbean? It's Possible.

In a study published Dec. 24, 2004, in the Journal of Geophysical Research, Woods Hole geologists Uri ten Brink and Jian Lin reported a heightened earthquake risk from the Septentrional fault zone, which cuts through the highly populated Cibao valley in the Dominican Republic. The potential for earthquakes of magnitude 7.5 or greater in the trenches offshore Puerto Rico and Hispaniola pose additional risk.

While tsunamis are rare in the Caribbean, earthquakes are not. A dozen earthquakes of magnitude 7.0 or greater have occurred near Puerto Rico, the Virgin Islands, and Hispaniola in the past 500 years. Several have generated tsunamis, the most recent in 1946 following a magnitude-8.1 earthquake off the northeast coast of the Dominican Republic, which killed more than 1,600 people.

Aussi, dans la map des tremblements de terre de wikipedia, on voir clairement que, à l'échelle géologique, les séismes ne sont pas rares dans la région:


Bref, le tremblement de terre d'Haïti a-t-il été provoqué artificiellement? Allez savoir! Mais en tout cas, sa cause naturelle n'est certainement pas improbable.

***

Cause naturelle ou pas, Haïti a besoin d'aide!
Or, ici au Canada, le Fédéral ne veut rien savoir d'assouplir les règles d'immigration pour faciliter l'entrée des réfugiés Haïtiens, à un point tel que le gouvernement du Québec utilisera son pouvoir discrétionnaire pour outrepasser les politiques canadiennes et accueillir davantage de réfugiés.

***

Un bloggeur canadien s'est amusé à comparer les investissements gouvernementaux par habitant de chaque pays en comparaison au temps de visionnement d'Avatar que ce montant achètrait. Résultat: meilleur score, 38 minutes pour la suède, luxembourg 28, etc... Canada, 3 minutes!
Par contre, je suis allé voir la source donnée par le gars, une série de donnée publiée par le Guardian, et c'est pas du tout les mêmes chiffres!
Le Canada a bonifié son engagement de 125 M$ depuis que l'autre a consulté la liste, pour devenir le plus gros donneur/habitant avec 3,8$ par habitant, bien au-delà de la Suède et tous les autres. Ce qui correspond maintenant à 71 minutes, presque la moitié du film! Faut quand même faire du renforcement positif et reconnaître quand le gouvernement a un peu d'allure - en supposant que cet argent aille vraiment aider et ne serve pas surtout à faire de la pub pour le parti conservateur! Car ce parti a un historique de dépenser libéralement pour faire son autopromotion à même les fonds publics. Dans le cas du plan de relance économique, c'est 34 M$ qui sont allés à la campagne de promotion aux couleurs conservatrices.

12:40 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : conspiration, haiti, médias | |  Facebook

2009.12.04

Ne chassez plus les nouvelles, domestiquez les!

La syndication RSS

Le RSS est un système permettant d'accéder à des flux d'information (par exemples, des articles sur un site de nouvelles) en concentrant et en consolidant l'information. Pour quelqu'un qui aime regarder les nouvelles sur plusieurs sites web, cela peut permettre d'économiser énormément de temps car l'information est centralisée et formattée dans un agrégateur, le logiciel de l'utilisateur permettant la syndication. Donc, au lieu de visiter un par un plusieurs sites web, on inscrit dans l'agrégateur les flux RSS qui nous intéressent. Ces flux apparaîtront dans l'agrégateur sous forme de liste, chaque flux contenant sa liste d'articles inscrits dans ce flux qui est mise à jour automatiquement.  Vous pouvez donc vous inscrire aux médias, sujets et auteurs qui vous intéressent, de sorte que vous n'avez qu'à ouvrir votre programme RSS et vous pouvez voir rapidement les derniers articles.

Comment faire? pas à pas...

Pour commencer, ça nous prend un agrégateur, quoi que les navigateurs les prennent en charge, seulement plus ou moins bien. Sous Windows, il y a RSS Bandit et AlertInfo. Ensuite, beaucoup de clients emails gèrent les RSS, incluant Thunderbird. Personnellement j'utilise liferea sous Ubuntu Linux.
Ensuite, on va à la chasse aux flux!

Tous les médias le moindrement bien organisés offrent des flux RSS par catégories, généralement la page principale du site comporte un lien avec l'icône RSS100px-Feed-icon.svg.png. En voici quelques-uns:

http://www.ledevoir.com/rss/
http://www.cyberpresse.ca/rss.php
http://www.radio-canada.ca/mesAbonnements/rss/
http://www.lemonde.fr/web/rss/0,48-0,1-0,0.html
http://www.theglobeandmail.com/pages/rss/

Des sites moins gros ont seulement un flux RSS:
Alternatives
The International
EcoGeek
TedTalk
XkCD
Le centième singe

Prenons par exemple la page du Globe:

globeMailRSS.jpg


Ce qu'on doit aller chercher, c'est l'adresse du fil RSS, pour l'inscrire dans l'agrégateur. Par exemple, on veut suivre toutes les nouvelles qui touche Energy & Resources, il suffit de faire un right-click sur le lien, et faire copier le URL, qui se trouve à être http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/industr...
(il y a moyen de configurer le navigateur pour envoyer directement les liens RSS à l'agrégateur)
Maintenant on va dans l'agrégateur inscrire ce nouveau flux. La plupart des agrégateurs devraient avoir un boutton [+] qui ouvre une boite dans laquelle on entre l'adresse:

rss.add.feed.jpg



Maintenant le nouveau feed est ajouté dans la liste de l'agrégateur. Donc on n'a qu'à y inscrire les feeds qui nous intéressent, et en quelques minutes on fait le tour de tous les nouveaux articles qui y sont sortis!

rss.full.jpg




Souvent, les journalistes ont aussi leur feed associé, par exemple l'adresse du flux de Thomas Friendman est http://topics.nytimes.com/top/opinion/editorialsandoped/o...


Donc, en résumé, en inscrivant dans un agrégateur les flux de nouvelles qui nous intéressent, plus besoin de visiter des sites individuellements et les parcourir pour trouver les sujets qui nous intéressent parmi la pub et les insignifiances (ce qui est time-consuming!). Au lieu de cela l'agrégateur consolide les articles et en liste les titres, de sorte qu'on peut parcourir très rapidement les articles qui sont sortis depuis les derniers jour.

C'est un peu comme si, au lieu de chasser les nouvelles, on les domestiquait.

Il y a également beaucoup de  vidéos qui expliquent le système:


Ça vaut vraiment la peine, pour suivre les nouvelles de façon efficace (couvrir davantage de sites et de nouvelles) et efficiente (en moins de temps)!

2009.04.17

La syndication: Suivre l'actualité avec efficience.

100px-Feed-icon.svg.pngVous aimez suivre l'actualité sur le web? Vous consultez régulièrement plusieurs sites de nouvelles pour lire les mises à jour? Les flux de syndication RSS peuvent sûrement vous aider.

Le concept est simple. Chaque article que produit un site web de média est inscrit comme objet sur un/des flux RSS correspondant. Avec un logiciel ou un interface web appellé agrégateur, les utilisateurs peuvent s'inscrire à des flux de données particuliers. Les sites de nouvelles offrent souvent différents flux en fonction des sujets, auteurs, etc. Le programme va lister les différents flux, de sorte que tous les articles  des différentes sources sont centralisés dans une seule fenêtre: plus besoin d'ouvrir 4 sites web différents et regarder la liste de tous les articles incluants ceux qui ne vous intéressent pas. Le meilleur moyen de l'expliquer est avec une démonstration visuelle. Voici un screenshot du programme que j'utilise, Akregator:akregator.jpg

Dans la colonne de gauche, les flux auxquels je suis inscrits. Ici, le flux Radio-Canada | International est sélectionné: les articles de ce flux sont listés dans la partie supérieure droite, triés en ordre chronologique décroissant. En bas à droite, le contenu de l'article sélectionné, qui est généralement une brève introduction avec  un lien vers la page web de l'article.

Vous pouvez donc vous inscrire aux médias, sujets et auteurs qui vous intéressent, de sorte que vous n'avez qu'à ouvrir votre programme RSS et vous pouvez voir rapidement les derniers articles... un time saver considérable pour ceux qui consultent les médias de façon tentaculaire.

Voici quelques pages où vous pouvez obtenir des flux RSS:

http://www.ledevoir.com/rss/
http://www.cyberpresse.ca/rss.php
http://www.radio-canada.ca/mesAbonnements/rss/
http://www.lemonde.fr/web/rss/0,48-0,1-0,0.html
même mon blog a son flux RSS.

Maintenant, des programmes qui gèrent les RSS... pour Windows, j'en recommande pas un en particulier, je les connais pas. Je peux vous dire que le navigateur Opera les prend en charge, ainsi que Firefox avec un add-on. Beaucoup de clients emails gèrent les RSS, incluant Thunderbird. Il y a également RSS Bandit et AlertInfo.

2009.01.30

dossier changements climatiques

à lire cette semaine dans la Presse:

dossier spécial sur les changements climatiques

2008.11.08

Souffrez-vous d'écophobie?

Éric Morneau soulevait dans « souffrez-vous d'écolassitude? » de bonnes interrogations sur la « religion » des écolos. L'écolassitude est certes une étiquette intéressante, et elle m'en a inspiré une autre: l'écophobie.

Êtes-vous dégoûté par les bien-pensants de l'écologisme larmoyant ? Scandalisé par les sommes astronomiques d'argent des contribuables gaspillées pour faire plaisir aux écolos? Vous croyez que les gens qui adoptent des comportements “écologiques” sont des extrémistes sectaires aveuglés par la foi ? Des snobs cherchant à vous culpabiliser? Peut-être souffrez-vous d'écophobie!

Des écophobes apparaissent dans l'espace public pour nous prévenir du lavage de cerveaux que la secte environnementaliste inflige dans toutes les sphères de la société. À en lire certains courriers de lecteurs, blogs et éditoriaux, l'écophobie frise parfois la schizophrénie: l'écologisme contrôlerait les gouvernements, les entreprises et, bien entendu, l'opinion publique. Pourtant, en étant attentifs aux comportements “pro-environnementaux”, on constate qu'ils constituent toujours une minorité. Par exemple, bien qu'il est vrai que de plus en plus de gens se servent de sacs d'épicerie ou tasses à café réutilisables au lieu de gaspiller un exemplaire de leur version jetable à chaque utilisation, ils sont loin d'être majoritaires. Autre exemple: à prix comparable, les jeeps, VUS et BMW sont beaucoup plus nombreuses dans nos centre-villes que les voitures hybrides. Mentionnons au passage que l’eau embouteillée est toujours une industrie florissante et que la part de marché du biologique ne dépasse pas le 3%. Dormez tranquilles, le règne totalitaire des écolos est loin d'être à vos portes!

Dans la cosmologie dominante, considérer les répercussions de ses actions sur l'environnement n'est pas une attitude normale et souhaitable, mais un comportement marginal, voire sectaire: qu'est-ce qui peut bien pousser quelqu'un à se compliquer autant la vie, à part une lubie induite par évangélisation? J'ai tenté l'expérience de partager gentiment avec un collègue que je trouvais ça légèrement excessif de vouloir s'acheter un Hummer pour parader au centre-ville, considérant que de plus en plus de cas d'asthme et d'emphysème sont causés par le smog, et qu'on a besoin du pétrole à des fins plus pertinentes. « Je m'en crisse, moi j'en ai pas de problèmes pulmonaires ! ». J'ai dû passer pour un intégriste écologiste moralisateur.

Comprenons que l'environnement fait référence non pas à la nature seule, mais à tout ce qui nous entoure. S'en occuper, c'est protéger notre milieu de vie direct, nos ressources, ce que nous respirons et mangeons, ce qui nous supporte. Il faut le faire non pas par amour de la nature mais par raison, par sens de préservation et pour maintenir notre qualité de vie, parce qu'il y a un problème de durabilité dans notre civilisation.

Les écophobes sont-ils ignorants de cette évidence ou est-ce qu'ils n'en ont réellement rien à foutre? Est-ce que ça ferait une différence qu'on les bombarde de propagande alarmiste ou qu'on leur administre au compte-goutte de l'information diluée? Sont-ils récupérables?

Faire attention à l'environnement est un comportement tout ce qu'il y a de plus normal, mais encore marginalisé. Pourtant, les gens étiquetés « écolos » sont des citoyens ordinaires animés non par les rites absurdes d'une religion, mais par une volonté de faire leur part, et d'en faire davantage, car ils aspirent à un monde meilleur. L'objectif du discours environnemental n'est pas de culpabiliser mais d'informer les gens, en espérant qu'ils tiennent compte de l'information dans leur choix. Peut-être faudrait-il, d'un côté, diminuer le ton alarmiste, et de l'autre, faire preuve d'un peu plus d'ouverture...

 

Publié dans le Soleil, le 8 novembre 2008.