Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2010.03.10

pétition - commerce de l'ivoire

resized_1936_Ele%2010.jpgSource: Avaaz

Ce week-end (le 13 mars), 2 gouvernements africains vont tenter de faire lever l'interdiction du commerce international de l'ivoire -- une décision qui pourrait décimer des populations entières d'éléphants et conduire à terme à l'extinction de ces animaux exceptionnels.

La Tanzanie et la Zambie font pression sur les Nations-Unies pour obtenir une exemption de cette interdiction, mais ce serait envoyer un signal clair aux trafiquants d'ivoire leur indiquant que la protection internationale faiblit et leur laisse les mains libres pour perpétrer leurs crimes. Un autre groupe d'Etats africains a contre-attaqué en demandant une extension de l'interdiction mondiale pour 20 ans.

Pour sauver les éléphants encore vivant sur le continent, la meilleure option est d'agir avec les écologistes africains et obtenir leur protection. Il ne nous reste que 4 jours et l'organisme de l'ONU en charge des Espèces Menacées ne se réunit que tous les 3 ans. Cliquez ci-dessous et signez notre pétition urgente pour la protection des éléphants, puis diffusez largement ce message pour que nous puissions remettre des centaines de milliers de signatures au sommet de l'ONU à Doha.

Il y a plus de 20 ans, La Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées a adopté une interdiction du commerce international de l'ivoire. Le braconnage et les prix de l'ivoire ont alors chuté. Mais en raison d'une faible mise en oeuvre du texte et de 'ventes uniques expérimentales', similaires à ce que la Tanzanie et la Zambie sont en train de demander, le braconnage a repris et le commerce illégal est devenu une activité lucrative -- les braconniers peuvent blanchir leur ivoire obtenu illégalement en l'intégrant dans les stocks autorisés par la convention.

Aujourd'hui, malgré l'interdiction mondiale, plus de 30 000 éléphants sont abattus chaque année et leurs défenses découpées avec des haches et des tronçonneuses par les braconniers. Si la Tanzanie et la Zambie obtiennent leur dérogation, ce commerce criminel pourrait prendre encore plus d'ampleur.

Signer la pétition